Sam Karpienia (chant/mandoles/guitare)

Manu Reymond (contrebasse)

Thomas Lippens (batterie/percussions)

Après Gacha Empega et ses polyphonies provençales, Dupain et son electro rock occitan, Forabandit le trio acoustique occitano-turc-marseillais, Sam Karpienia invente avec Manu Reymond et Thomas Lippens une nouvelle épopée provençale, De la Crau.

De la Crau défolklorise le provençal pour lui donner sa place dans le courant de la Sono Mondiale, courant musical fait d’hybridations entre local et global.

Après Gacha Empega et ses polyphonies provençales, Dupain et son electro rock occitan, Forabandit le trio acoustique occitano-turc-marseillais, Sam Karpienia invente avec Manu Reymond et Thomas Lippens une nouvelle épopée provençale, De la Crau.

Médias
Photos
Vidéos
Paroles
De la Crau - Lancement Album Temperi
2022-02-11
Espace Julien (Marseille)
Crédits : Antoine Lippens
Les Suds à Arles
2021-09-17
Les Suds à Arles
Crédits : Jean De Peña
Le Moulin à Lire
2020-03-20
Le Moulin à Lire
Crédits : Antoine Lippens
L'Usine
2019-11-23
L'Usine à Istres
Crédits : Philippe Paul
CLIP - Chaman
Publiée le : 2021-02-12
"Chaman" deuxième extrait de l'EP digital "Temperi" [sorti le 19 février 2021] évoque "la perte du rapport à la nature face à l'industrialisation du vivant". De La Crau a fait appel au talentueux photographe Franck Pourcel, à l'origine du cliché ornant la pochette de l'album pour illustrer en vidéo ce morceau.
Crédits : Frank Pourcel (image), Nicolas Dick (son), Sandra Ach (montage)
CONCERT - Les Suds
Publiée le : 2021-07-14
Soufflé.e.s par un mistral nommé De La Crau, Les Suds 2021 nous ont offert ce 14 juillet un live en face duquel le traditionnel feu d'artifice a fait pâle figure. Mercredi soir la fête était régionale et le publique envouté heureux de se perdre dans la jungle nocturne arlésienne.
Crédits : Les Suds à Arles / Sourdoreille
CLIP - Temperi
Publiée le : 2021-02-12
Temperi, c’est 6 titres qui adoptent les codes du post rock à travers des compositions décomplexées, des titres nourris d’une Méditerranée où l’art de vivre invite les musiques au cœur de la civilisation, c’est aussi une alternative musicale post punk, parce que populaire, poétique, classe et modeste à la fois.
Crédits : Gerald Kuentz, Mike Aube, Nicolas Dick (son) / Thomas Sanna, Tom Spectrum (image) / De la Crau - La Compagnie du Lamparo
La Muralha
sur l'album : Temperi

La Muralha

Lo biais de viure dins aquesta passa lo biais de viure nos condida à à mantener leis ideias claras, leis ideias fortas, leis ideais que montan de tot caire Per faire muralha contra leis tirands, leis mestres per faire muralha contra leis mangea-paureis per faire muralha contra leis tirands, leis mestres per faire muralha Compreni qué, qu’apres una jornada de trabalha, vòs pas ti prendre la testa, se vos ti cambiar la vida n’aures que d’en faire pau a chapau De voia de Gau basta la maganha tot ço que podem faire anem va faire Dansas, musicas, vivas, regachar lo monde donar d’informacions per turtar leis gigants, roigat lo sistema, regachar lo monde que nos manten dins l’inhorencia, lo gaudinagi, la divertissença. Compreni qué, qu’apres una jornada de trabalha, vòs pas ti prendre la testa, se vos ti cambiar la vida n’aures que d’en faire pau a chapau De voia de Gau basta la maganha

La Muraille

Cette chanson, texte et musique, est en perpétuel changement, transformation, recomposé au gré des saisons, la version de l’album n’est déjà pas celle joué en concert. La façon de vivre en ce moment La façon de vivre nous invite à maintenir Les idées claires, les idées fortes, les idées montent de tout les cotés. Pour faire muraille Contre les tyrans, les maitres, Pour faire muraille contre les manges-pauvres Je comprends qu’après une journée de travail Tu n’as pas envie de te prendre la tête Si tu veux changer ta vie, Tu n’auras qu’à en faire un peu chaque jour De l’ardeur et de la joie, trêve de balivernes Convivencia « Vivre en coexistence avec l’autre » Voilà la voie, la clé pour faire bouger le « système » Faire de la musique dedans, dehors Voilà la voie !
Crédits : Sam Karpienia
L'Amistat
sur l'album : Temperi

L'amistat (Lo Progres)

Viva leis arts ! Oi, lo progrès fermenta, fan d’invencions per espranhar lei braç. Tanben totjorn nòstra misèria augmenta, quand lo trabalh nos fasiá viure en patz. Oi aujornduei manca pas de familhas que chasque soar an ren per son sopar l’ivèrn an freg, son tapats de guenilhas, es lo progrès, lo progrès que va fa. Fa pas tremblar, quand viatz dedins d’usinas ont autreifés faliá de mila obriers e qu’aujornduei molhenant sei machinas un quart sufís e tot marcha parier. Per l’inventor, per l’òme de genia, d’ocupacions, aquí ne manca pas. Siam aujornduei d’un siècle d’infamia, es lo progrès, lo progrès que va fa. Es pron verai pauretat n’es pas vici, mai un malaür ben grand en veritat. Quand fau pensar qu’en tot l’a d’injustícias, l’a qu’a la mòrt que l’a egalitat. Vouguèron segur far venir la paurilha, que ganhèt just per posquer subsistar. Oi meis amics se siam dessus la palha, es lo progrès, lo progrès que va fa. Bèla Marselha, ò pais de ressorças! Ieu dessus tu pausi mei reflexions, per lo trabalh ères la bona sorça, mai aujornduei tot es en suspension. Lei bastiments an desertat tei ribas, tei quèis son nus, tei chantiers arrestats. Se quauque jorn l’auba novèla arriba, es lo progrès, alòr que v’aurà fach...

L'Amitié

Vive les arts ! yes, le progrès fermente, Ils ont des inventions, pour épargner les bras. Aussi, toujours notre misère augmente, Quand le travail nous faisait vivre en paix. Mais aujourd’hui il ne manque pas de famille Qui chaque soir n’ont rien pour leur souper. L’hiver, ils ont froid, ils sont vêtus de fripes, C’est le progrès, c’est le progrès qui le fait. Ça ne vous fait pas trembler, Quand vous voyez dans des usines, Où autrefois il fallait mille ouvriers Et qu’aujourd’hui, moyennant quelques machines Un quart suffit et tout marche pareil. Pour l’inventeur, pour l’homme de génie, D’occupations, ici, il n’en manque pas. On est aujourd’hui d’un siècle d’infamie, C’est le progrès, c’est le progrès qui le fait. C’est assez vrai que la pauvreté n’est pas un vice, Mais un malheur bien grand en vérité. Quand il faut penser que partout il y a des injustices, Il n’y a que dans la mort où l’on est tous égaux. Ils ont surement voulu faire en sorte que les pauvres Gagnent à peine pour pouvoir subsister. Ah mes ami(e)s si on est dessus la paille, C’est le progrès, c’est le progrès qui le fait. Belle Marseille, O pays de ressources ! Sur toi, je pose mes réflexions, Pour le travail, tu étais la bonne source Mais aujourd’hui tout est interrompu Les bateaux ont déserté tes rives, Tes quais sont nus, tes chantiers arrêtés. Si un jour l’aube nouvelle arrive C’est le progrès alors qui l’aura fait.
Crédits : Marius Revelly 1890
Chamatan
sur l'album : Temperi

Chamatan

Ieu ausi l’escarrada, Dei bravei gens lo planhum Ieu vesi montar lo gonfle D’aquelei que se rebrasson Va montar l’insurgéncia au nom de justícia Lo toeis ensems sara mai fòrt Recampament li siam toei Bis : (requisiment farem) De pan per tot lo monde que sieguem d’aquí o d’autrei país Despartirem leis tròç volem plus leis briguetas que nos tòmban davant Prendrem l’atalhier defòra lo patron coneissem lo mestier Farem solegerits mai envolzats Esperam plus ren de deman Volem viure encuei de nostrei lauradas Recompartitge deis riquessas Laissarem degun defòra La farem plus l’aumòrna Vestirem lei mau vestits en aqueu plan país L’infern lo coneissem ben Avem trimat, n’avem plus ren de perdre Avem patit coma un tropèu, se siam encanhat leis uns contra leis autres Ges de coissin de plumas, mataràs de velórs, Un solet pelhon rotge que brutla nuech e jorn Se d’aqueleis eissaurats obriers voletz pas aguer lo sort Atubatz lo fuec de la revòuta faguetz bombar lo chamatan

Grand Bruit

J’entends la foule Des braves gens la plainte Je vois monter les nerfs De ceux qui se rebellent Elle monte l’insurrection Au nom de la justice Au rassemblement nous y sommes tous (au 3ème couplet : Réquisition nous ferons) Du pain pour tout le monde, que l’on soit d’ici ou d’autres pays On répartira les bouts On ne veut plus les miettes qui nous tombent devant On prendra l’atelier Dehors le patron, on connaît le métier On fera autogéré, plus enthousiaste On attend plus rien de demain On veut vivre aujourd’hui de ce que l’on sème Redistribution des richesses On ne laissera personne dehors On fera plus l’aumône On habillera les mal habillés dans ce charmant pays, l’enfer on le connaît bien On a trimé, on a plus rien à perdre On a souffert comme un troupeau On s’est divisé les uns les autres Pas de coussins de plumes ou matelas de velours Seul un drapeau rouge qui brule nuit et jour Si de ces ouvriers essorés vous ne voulez pas le sort Alors Attisez le feu de la révolte Faites entendre le soulèvement
Crédits : Sam Karpienia
A l'Esper
sur l'album : Temperi

A l'Esper

Dins mon barri à l’espèr de mon devenir Vesi la mar au relàrg de toeis leis trefons Vesi lo chaple de l’infortuna D’aquelei bravei que triman Eme l’espèr d’una cambiadissa D’en aut li siam coma gardians de la ciutat Coma chorma dau monde à l’agacha Bastion vertadier deis capitadas Que vendràn segur Tremolar lo defòra Siam lo defòra a venir d’un tremolum au dintre Siam l’ersa dau relàrg que monta sus lei rivatges Siam carrièras embarrioladas monte bomba un carnavàs

À L'espoir

Dans mon quartier, dans l’attente de mon devenir Je vois la mer au large de tous les précipices Je vois les dégâts de la malchance De ces braves qui triment Sans l’espoir d’un changement De là haut, nous y sommes, comme « gardians » de la ville Comme un équipage, un monde qui observe Un bastion vrai des réussites Qui viendront c’est sûr Faire trembler le dehors Nous sommes le dehors à venir Un tremblement de l’intérieur Nous sommes la vague du large Qui monte sur les rivages Nous sommes les rues colorées Où résonne un carnaval en marche
Crédits : Sam Karpienia
Tarabast
sur l'album : Temperi

Tarabast

Me tafura au dintre aqueu monde en tarabast Tafòri d’un trebau au dintre Plegas endurmidas de còps que l’a s’envolcanisan Un sorgent à la tusta barrusta, arcolan descolorat D’aise camin enfre-terra esperant lo descampatge Lo sang raja dins mon còrs, flume que carreja totas penas Sus la mar l’a d’isclas per leis naufragats De que van querre aquelei que s’embarcan ? Au luenh deis autres tostemps quistant Un mocèu de se, Lo mèco belèu Regachi lo cèu de nuech Aquo’s lo grand viradís Printemps, Estieu, Autona, Ivern A cada plegas son remèdi

Vacarme

ça me tourmente à l’intérieur ce monde bruyant Bruit d’un tourment en moi Les plaies endormies parfois rejaillissent Une source au hasard, un arc en ciel décoloré Chemin tranquille dans les terres En attendant d’embarquer Le sang coule dans mon corps Un fleuve qui transporte toutes les peines En mer il y a des îles pour les naufragés Qu’est ce qu’ils vont chercher ceux qui s’embarquent Loin des autres, toujours en quête Un morceau de soi, le meilleur peut être Je regarde le ciel de nuit, voilà la marche du temps Printemps, Eté, Automne, Hiver A chaque plaie son remède
Crédits : Sam Karpienia
Temperi
sur l'album : Temperi

Temperi

Valent valent sus la tornadissa Meravilhosa planeta dempuei que lo monde es monde, en perilh jamai descoratjat, en dessota leis bombas s’endralhar o perir (bis) Un òme camina sus la neu en montanha A bòn astre li convida encò sieu un pastre A travèrs mar l’a força gens espérant a l’agacha A bòn astre un batèu leis embarca A travèrs lo monde grand dempuei que marchan leis promiers òmes a travèrs mar d’una terra a l’autra s’en van cercar un monde melhor coma una fòrça au dintre que mena s’en van esconjurar lo marrit sort « cu semena la misèria se recampa lo temperi »

Tempête

Vaillant, vaillant dans la tourmente Merveilleuse planète Depuis que le monde est monde En danger jamais découragé Sous les bombes S’en aller ou mourir Un homme marche dans la neige en montagne Par chance un berger l’invite chez lui. En mer il y beaucoup de gens qui espèrent Par chance un bateau les embarque. Par delà le vaste monde Depuis que marchent les premiers hommes En mer d’une terre à l’autre Ils s’en vont chercher un monde meilleur Comme une force intérieure qui guide Ils s’en vont pour conjurer le mauvais sort « Qui sème la misère récolte la tempête »
Crédits : Sam Karpienia
L'infinitat
sur l'album : Temperi

L'infinitat

Au crós dau monde au relàrg dins lo tranquis Sensa saupre ren dau defòra au luenh, es meravelha au dintre Sota lo cèu l’infinitat , Lo gau dins l’agacha d’un drole Entre sapiénçia e coneissança Sota lo ceu l’infinitat Es l’endrech onte creisse ton saber Lo gau dins l’agacha d’un drole Entre sapiénçia e coneissança Sota lo ceu l’infinitat Es l’endrech onte creisse ton saber Terrejairitz coneisses lo monde Un soleiant reinaume Es lo solèu à miejanuech ? ò la luna à miejorn ? L’as sentida aquesta bofada Dau relàrg un mau presagi Terrejairitz coneisses lo monde Un soleiant reinaume Terrejairitz coneisses lo monde au relàrg dins lo tranquis

L'infinité

Au creux du monde Au large au calme Sans rien savoir du monde au loin Des merveilles à l’intérieur Sous le ciel, l’infini. La joie dans le regard d’un enfant Entre sciences et connaissances Sous le ciel, l’infini C’est l’endroit où grandit ton savoir. Est ce le soleil à minuit ? Ou la lune à midi ? Tu l’as senti ce souffle Du large un mauvais présage Travailleuse de la terre tu connais le monde Un Plein soleil, Reinaume Travailleuse de la terre tu connais le monde Au large dans le calme
Crédits : Sam Karpienia
La Dralha
sur l'album : Temperi

La Dralha

Benlèu benlèu vendrà la prima Emai la flor dau mes de mai Lei jòinei galants la culhisson Per la portar en seis amors Farai pas parier per la mieuna Que vuei lei flors fan la requista Siam toei dins un mondàs unenc Que trantalha coma embriagat Per la mieuna sabi çò que farai Semenarai un ametlier, Ò canebouns ò gueringaus per lo temps lòng per seis enfants Ara que va sabem lo monde estofa Leis aucèus pican a la porta Desapareisson lei peis, Leis abelhas en crebadissa Podrem pas tornar à l’en-darrier Li siam, a mand d’un gran malastre Lo temps s’achavanisse, Monta la calorassa , monta la mar Aimi tant lei flors e ma bèla Pòdi plus faire lo dobtaire Corre lo temps dau desravilhament Lo temps de desvirar lo badinàgi Why some fish are desappearing wonders the fisherman. Man is a wolf to man, still no love, always in fear.

Le Chemin

Bientôt, bientôt viendra le printemps Et avec la fleur du mois de Mai Les jeunes galants la cueillent Pour la porter à leur amour. Je ferai pas pareil pour la mienne Parce qu’aujourd’hui les fleurs se font rares Nous sommes tous dans un même monde Qui titube comme en état d’ivresse. Pour la mienne je sais ce que je ferais Je sèmerai un amandier, Du chanvre ou des coquelicots Pour longtemps, pour ses enfants Maintenant nous savons que la terre étouffe Les oiseaux tape à la porte Les poissons disparaissent Les abeilles sont en sursis. On ne pourra pas faire machine arrière Nous sommes à l’approche d’un grand désastre Le temps se détraque La chaleur monte, la mer monte J’aime tant les fleurs et ma belle Je ne peux plus faire comme si j’ignorais Il arrive le temps de prendre conscience Le temps de déboulonner la propagande Pourquoi certains poissons disparaissent, se demande le pêcheur. L'Homme est un loup pour l'Homme, toujours pas d'amour, toujours dans la peur.
Crédits : Sam Karpienia
Chaman
sur l'album : Temperi

Chaman

Trescavan leis cendres dins lo ceu Dins un darrier voladis Rata penada Tambor de Masca Dansa deis cieucles Lo fum de candela a donat d’alen Chamineias mascaran leis caras Crachaires a nuech sarrada Visagis negres de l’Istori A l’escondut caragi sensa boca Un milenari trauca la nuech Toei se mescla conversan leis contraris Un milenari trauca la nuech Dansa lo chaman duerba leis portaus Agacha cramar la peira Fòra lo sofrì Lo fieu dau chaman se leva Un milenari trauca la nuech Toei se mescla, conversan leis contraris Au dintra de telaranha luenc dau silenci Au dintre luenc deis estellas A perdut lo fieu millenari Esvarat ais cauvas eternalas Embocat dins lo vueja monde Entre dintrar dedins ò demorar fòra Pé sus lo quitran

Chamane

Les cendres se dispersaient dans le ciel Dans un dernier envol Chauve souris, Tambour de sorcière Danse des siècles La fumée des bougies a donné du souffle Les cheminées noircissent les visages Les torchères à la nuit close Visages noirs de l’histoire Cachés, visages sans paroles Un millénaire transperce la nuit Tout se mélange, les contraires se rencontrent Un millénaire transperce la nuit Il danse le chaman, ouvre les portes Regarde bruler la pierre Loin d’ici la souffrance Le fils du chaman se lève Un Millénaire transperce la nuit Tout se mélange, les contraires se rencontrent Dans les méandres de la toile, loin du silence Dans les méandres, loin des étoiles Il a perdu le fil millénaire Dissipés les enseignements séculaires Embarqué dans le monde creux être dedans ou rester en dehors Les pieds sur le goudron
Crédits : Sam Karpienia
menu
Webdesign : Antoine Lippens
©De La Crau 
2022
Mentions Légales
chevron-downmenu-circle